Natura Plantes®: Les vertus du Jiaogulan

Mis à jour : juin 19



La boutique Natura plantes

Le sachet de poudre du jiaogulan : Waygulan

Jiaogulan, de nom scientifique Gynostemma pentaphyllum.

Premier fait surprenant, c’est que c’est une plante qui appartient à la famille des cucurbitacées, c’est donc une cousine du concombre. C’est surprenant car dans le monde des plantes médicinales, nous avons très peu de cucurbitacées.

En général les cucurbitacées peuvent même être plutôt toxiques, la bryone par exemple ou le concombre d’âne, Ecballium elaterium. Mais le jiaogulan, lui n’est pas toxique du tout, bien au contraire vous allez voir, il pourrait même un jour devenir d’utilité publique !




Description rapide du Jiaogulan


C’est une plante grimpante qui se comporte comme vivace lorsque les hivers ne sont pas très froids.

Les tiges sont munies de vrilles qui vont lui permettre de s’accrocher un peu de partout et de couvrir de grandes zones. Elle aime bien la chaleur et un arrosage fréquent, elle est très productive d’un point de vue masse aérienne et ça tombe bien car c’est la feuille qu’on va utiliser.

La feuille est palmée et composée de 5 folioles, d’ou le nom « pentaphyllum ». La fleur est minuscule et de couleur blanche, peu visible à l’œil nu, et à l’automne la plante va produire de petits fruits ronds et verts que l’on va récupérer si l’on veut reproduire la plante par semis. Attention le fruit est très fragile et s’écrase facilement, et vous pouvez le faire sécher et le planter tel quel au printemps, il a la taille et la couleur d’un petit câpre.

Vous pouvez aussi diviser la touffe très facilement pour la reproduire, ou vous pouvez marcotter le jiaogulan, c’est à dire prendre une tige grimpante et l’enterrer à un endroit, elle développera des racines. Elle se bouture très facilement aussi. Bref, aucune excuse pour ne pas en faire profiter les amis.


Propriétés médicinales

Tout commence dans les années 60 et 70. Des chercheurs japonais et chinois ont découvert que les feuilles de la plante contiennent de nombreuses substances que l’on appelle des ginsenosides, et que ces ginsenosides étaient identiques à ceux que l’on trouve dans la racine de ginseng asiatique.

Et donc, grande surprise, on s’est dit la chose suivante : est-il possible qu’une petite cucurbitacée, très facile à cultiver, très prolifique, ait les mêmes propriétés que le grand panax ginseng, tonique du QI par excellence, plante très difficile à cultiver et qui demande bien 5 à 7 ans d’entretien minutieux avant la première récolte ?

La réponse à cette question : pas exactement. Comme toujours ça a été une sur-simplification, ces deux plantes sont beaucoup plus qu’une liste de ginsenosides. Mais ces recherches ont vraiment propulsé la plante sur le devant de la scène on va dire. La plante a longtemps été inaccessible chez nous plus à l’ouest, jusqu’à ce qu’on commence à trouver des graines.

Voici ses propriétés :

☀︎ Tout d’abord la plante est adaptogène. Et ce terme adaptogène est très mal utilisé aujourd’hui, on va mettre un peut tout et n’importe quoi dans cette catégorie. C’est une vraie adaptogène qui est conforme à la définition que les Russes ont établie dans les années 1960 et 70, en particulier deux scientifiques qui s’appellent Brekhman & Dardymov.

Je ne vais pas rentrer dans les détails ici,Mais je vais juste en rester à la définition classique : elles nous aide à nous adapter aux différents stress de la vie, que ce soit des stress physiques ou psychologiques. Elle augmente notre vitalité, nos défenses, elle nous rend plus résilient au changement. La résilience au changement… ça fait envie à tout le monde aujourd’hui dans ce monde qui change très vite !

☀︎ Plus précisément… tout d’abord elle va augmenter nos défenses immunitaires. Les études montrent qu’elle augmente l’activité des macrophages, des lymphocytes T, des cellules NK, « natural killer » qui détruisent les cellules cancéreuses ou infectées. D’ailleurs dans les études cliniques chinoises on voit que la plante peut être utilisée pour prévenir l’immunosuppression causée par la chimiothérapie ou la radiothérapie.

Nous avons une étude qui montre que la prise de jiaogulan est bénéfique chez les patients souffrant de leucopénie, c’est-à-dire les patients qui n’ont pas assez de globule blanc.

☀︎ Le jiaogulan a des propriétés antioxydantes puissantes. Il permet d’augmenter nos réserves en certains antioxydants comme les superoxydes dismutases, des substances qui permettent de protéger nos cellules contre les effets néfastes des radicaux libres. Donc lorsqu’on prend du jiaogulan de manière régulière, il a un effet protecteur contre le vieillissement prématuré de nos cellules.

☀︎ Il est aussi très intéressant pour certains problèmes chroniques dégénératifs qui sont de nature inflammatoire et qui génèrent une forte quantité de radicaux libres comme le diabète de type 2 par exemple.

☀︎ On pense aujourd’hui que le jiaogulan a une action protectrice cérébrale, elle permet de diminuer le stress oxydatif et l’inflammation cérébrale, et de nombreuses études faites sur animaux montrent qu’elle a un effet de prévention sur la maladie d’Alzheimer. Elle permet aussi une amélioration des capacités cognitives et de la mémoire, et là nous avons des études chinoises faites sur les personnes âgées qui le démontrent.

☀︎ Dernière propriété intéressante, dans les études sur humains la plante régule les taux de cholestérol-LDL et de triglycérides, elle réduit d’une manière modeste la pression artérielle, elle inhibe l’agrégation des plaquettes et donc elle rend le sang plus fluide, et enfin elle améliore les fonctions cardiaques.

Donc on a là une collection de propriétés très intéressantes chez la personne qui a des problèmes cardiovasculaires. Vérifiez toujours avec votre médecin par principe de précaution bien sûr et attention si vous êtes sous anticoagulant, la plante vous est contre-indiquée

.

Utilisation du jiaogulan

Comme je vous ai dit tout à l’heure, vous utilisez la feuille fraîche ou sèche. Avec la feuille fraîche vous pouvez faire une excellente teinture de plante fraîche,

Vous pouvez aussi faire une infusion des feuilles fraîches. Vous pouvez aussi faire sécher les feuilles, elles se sèchent relativement bien, puis en faire une teinture des feuilles sèches cette fois, ou une infusion des feuilles sèches, ça marche aussi.

Les doses chez David Winston, expert américain en plantes adaptogènes.

Pour la teinture, de 90 à 120 gouttes dans un peu d’eau 3 fois par jour.Pour l’infusion, de 1 à 2 cuillères à café de plante par tasse, donc une bonne pincée, laissez infuser 40 minutes et buvez 3 tasses par jour.Ou sinon vous faites comme moi, chaque fois que vous passez près de la plante vous mâchez 2 à 3 feuilles fraîches, le goût est très plaisant, c’est un petit goût de réglisse et on retrouve définitivement un petit goût de ginseng.

Voilà pour cette petite cucurbitacée qui renferme un potentiel énorme. Si vous l’utilisez aujourd’hui, laissez-moi un message pour me dire ce que vous en pensez !

15 vues

© 2019 by Way Mouvement. Proudly created with Wix.com